Rechercher
  • Marie Laure

Souvenir d'un cœur brisé - Episode 2


En ce matin d'automne, je fais la rencontre d'un beau jeune homme qui vient de franchir la porte de mon cabinet.

Il a 29 ans, est incroyablement séduisant et arbore un magnifique sourire. Impossible alors d'imaginer le terrible secret qu'il s'apprêtait à me délivrer.

Mathieu est issu d'une famille aisée, très protectrice et bienveillante. il a suivi de grandes écoles en marketing et fait de l'athlétisme depuis ses 8 ans. Il est fiancé et tout semble absolument parfait. Et pourtant,

En prenant place face à moi, il ne semble pas savoir par quoi commencer, tellement le chaos de sa vie et le poids du secret ont mobilisé sa vie.

Je comprends rapidement qu'il vit dans un mensonge depuis tellement longtemps, que le personnage qu'il s'est créé pour survivre a pris un tel pas sur la réalité qu'il ne semble plus en mesure de discerner avec lucidité les événements de sa vie, pas plus que les émotions s'y référant.

Il me parle de sa toxicomanie actuelle aux drogues dures, il se pique à l'héroïne depuis plusieurs années mais est incapable de se souvenir de l'origine de faits.

Il m'avoue, comme en silence, se prostituer dans des endroits miteux et glauques avec des hommes tapinés dans le métro.

Je reste sans voix... contre toute attente, il me fait le récit d'expériences qui dépassent l'entendement et que rien dans son apparence ne laissait supposer.

Masquant mon étonnement, je l'interroge sur son enfance, sa relation à ses parents, sa petite amie...

Son entourage ignore les faits, visiblement, il n'y a aucun souci, les relations sont chaleureuses et harmonieuses, la relation avec sa petite amie, aimante et heureuse,

Q'avait-il bien pu se passer ?

Prenant le temps de l'écouter, respectant ses silences, je l'invite à me parler de son enfance,

Son enfance est très imprégnée du sport, il évoque des compétitions, des moments intenses partagés avec ses camarades, empreints d'esprit d'équipe, de fraternité.... pourtant, il semble se décomposer à l'évocation de souvenirs joyeux....

Son prof, personnage qu'il admirait au plus au point, à l'égal d'un père, masquait un sordide personnage...

Après un long silence, durant lequel, je réalisais quelle serait la suite de ses propos....il m'avoua que cet homme qu'il tenait en estime avait abusé de lui....à plusieurs reprises....et pendant de nombreuses années.

Dès lors, je fis immédiatement le lien avec sa situation actuelle pourtant une telle déviance paraissait improbable, pourquoi un tel enchaînement dans les conséquences ?

J'encourageais Mathieu, avec douceur, à poursuivre son récit car il verbalisait pour la première fois l’événement le plus douloureux de sa vie et cela nécessitait, de ma part, patience, compassion et une totale absence de jugement.

Je prenais sur moi pour garder un air stoïque de celle qui a déjà tout entendu de plus sordide et que rien ne peut perturber mais j'étais profondément troublée et émue devant une telle souffrance murée sous un sourire et une apparente sérénité.

Mathieu évoque son mutisme vis à vis de ses proches sur ce qu'il vivait et dont il se sentait coupable... cette souillure, ce déshonneur dont il croyait être responsable...le sentiment d'un enfant qui se croit puni pour une bêtise qu'il aurait commise...punition qu'il accepte...pensant l'avoir mérité....

Il manifeste, malgré tout, ses objections, ses réticences adressées à son père, à qui il demandait, pour ne pas dire suppliait, de ne plus l'emmener à la salle de sport.

Son père bien ignorant du drame qui se déroulait ne trouva qu'une seule chose à dire. Une phrase malencontreuse d'un homme qui ne sait pas à quoi son fils fait réellement allusion :

"Soit un homme, mon fils, la vie nécessite des efforts ! on ne fait pas toujours ce que l'on veut !"

Cette phrase, anodine, tomba comme un couperet. Sortie de son contexte, cette phrase prenait un tout autre sens. Si, seulement, son père avait su...

Cette phrase à valeur de sanction venait de valider aux yeux de Mathieu la légitimité de ce qu'il endurait.

Dans les suites, Il se plia aux exigences paternelles, endura les abus avec abnégations, estimant les mériter...et souffrit en silence...affichant l'image d'un enfant "normal".

Les années passant, les stigmates ayant fait ses ravages, je retrouve un jeune homme dont la "normalité" est de se soumettre à la perversité d'autres hommes, de s'infliger les pires sévices contre nature qui le répugnaient mais qu'il acceptait car son père les avaient, à ses yeux, validés. Pour pouvoir les supporter il n'avait eu d'autres recours que la drogue, celle-ci lui permettait l'évasion d'un enfer qu'il subissait et ne parvenait pas à surmonter... et, on ne pouvait dignement pas lui reprocher cette échappatoire...

Pour aider Mathieu, je ne voyais qu'une seule solution, essentielle, avant de poursuivre la thérapie. Il devait raconter son vécu à ses parents...

L'expression, la verbalisation de ce qui nous ronge est fondamentale, l'écriture peut être une alternative.

les silences sont destructeurs, dans le cas de Mathieu, cette libération des non-dits, était indispensable à sa guérison. Chercher à protéger sa famille en cachant la vérité ne faisait qu'accroître sa souffrance. Il savait que cette révélation provoquerait un cataclysme, certes, mais un cataclysme salutaire, salvateur qui lui permettrait de se reconstruire, doucement mais sûrement....

Je n'avais aucun doute sur la réaction de ses parents et la suite des événements me donna raison. Ceux-ci après le choc de la révélation ont mis tout en oeuvre pour accompagner, au mieux, Mathieu dans son cheminement de reconstruction. Seule sa petite amie n'a pas supporté l'épreuve et est partie.

La route est encore longue pour Mathieu mais le chemin s'éclaire sous un nouveau jour, sous la forme d'une renaissance, qu'il effectuera accompagné des êtres qui lui sont le plus chers et desquels il s'était tant senti abandonné, Bonne route à toi,

Marie Laure

1 vue

7 Rue François Gillet

69003 LYON

Mobile: 06.61.23.26.89

asso_knowledge@yahoo.com

© 2020 by knowledge

  • Icône sociale YouTube
  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page