Rechercher
  • Marie Laure

Nous avons tous un schizophrène en nous !

Mis à jour : 17 sept. 2019

J'utilise ce terme très fort pour souligner la séparation, la dissociation de l'être dans ces émotions, ses ressentis contradictoires et extrêmes dont on rejette l'influence.

La schizophrénie est une pathologie grave qui apparaît à l'adolescence. En effet, c'est le moment ou l'enfant commence à s'extraire de l'éducation parentale et commence à développer ses propres croyances sur le monde, la vie. C'est en effet à cette période de la vie où l'on remet en question ce que l'on nous a enseigné de la vie et où l'on découvre qui nous sommes. Cette phase de la vie est souvent compliquée et se traduit bien souvent par des périodes de dépressions oscillants avec de grandes désillusions sur ce que l'on croyait du monde.

Les adolescents qui développeront les symptômes de schizophrénie sont des jeunes qui vivent de grandes contradictions dans leurs ressentis et se voient contraint de choisir en créant ainsi une dissociation dans leur personnalité. Ils ne peuvent, en effet, considérer pouvoir aimer avec autant de force et haïr avec la même vigueur. Il y a, à leur sens, la nécessité de choisir, pensant impossible d'aimer et de haïr en même temps.

Cette dissociation de l'être, nous la vivons tous à différents degrés dès lors que nous rejetons certains aspects de notre personnalité soit parce qu'ils sont en reflet de ce que nous détestons le plus à l'extérieur voire les traits de caractère d'un parent, soit parce qu'ils incarnent une notion de danger pour nous avec la nécessité de s'en protéger.

Les personnes ayant un parent reconnu schizophrène, ne développeront pas nécessairement la pathologie, celle-ci n'étant pas héréditaire. Cependant, il vivront très fortement cette dissociation vis à vis du parent concerné. En effet, il deviendra vital pour cet enfant de se dissocier de ce parent au risque de développer les mêmes symptômes. Il s'agira ici d'une question de survie. Cet enfant développera à l'extrême les traits et attitudes du parent opposé afin de, littéralement "ne pas risquer sa vie".

Ceci est extrêmement souffrant pour cet enfant car l'amour pour ce parent malade est présent et, malgré tout, l'appartenance, la ressemblance vis à vis de lui ou elle, représente un danger suprême et développer une masculinité exacerbée apparentée au père (si la mère est affectée par cette maladie) est la seule solution à ses yeux. Toute ressemblance au parent souffrant est un danger. Ainsi la personnalité, la sensibilité de notre part (féminine ou masculine, selon le genre du parent concerné) est en déni complet et sera jugée comme dangereuse si elle est exprimée, créant ainsi des antagonismes vacillant entre amour et haine, protection et danger.

La schizophrénie n’est qu’une extrapolation de débordements émotionnels, devant des sentiments contradictoires que l’on se refuse d’exprimer car nous croyons devoir choisir, "soit je suis gentil, soit je suis méchant ! " le jugement porté sur Soi est très virulent et sans compromis. La personne sera dans un contrôle complet de ses émotions créant des masques adaptables à chacun selon ce que l'on estime être "bon" de montrer de Soi, et ce, en fonction de ce que l'on pense que l'Autre attend de nous.

Pourquoi, ne pourrais-je pas être les deux, selon la situation du moment ?

Plus je rejette mes émotions négatives comme étant « mal », n’ayant pas le droit d’être, plus celles-ci s’imposent à moi, et, à mesure que je les réprime, plus elles se font virulentes et ainsi apparaissent les symptômes pathologiques.

Nous sommes des êtres duals, capables d’exprimer toutes les facettes d’émotions dans leurs contradictions. Il n’y a pas à choisir. Si je ressens de la haine ou de la colère, cela ne fait pas de moi une personne mauvaise.

Cependant, si je refuse de ressentir certaines émotions sous prétextes que la moralité m’y interdit, que mon éducation m’a enseigné que cela était mal….je crée une dissociation en moi qui finit par se retourner contre moi.

Les personnes ayant une forte personnalité, exerçant un contrôle absolu sur leurs émotions sont les plus vulnérables car ils suivent les instructions de leur mental, les injonctions de l’Ego et, ultimement, finissent par développer des pathologies diverses et variées, allant de simples courbatures à des maladies bien plus graves. Le corps physique prenant le relais de ce débordement émotionnel trop longtemps contenu et qui finit par nous submerger.

La médecine commence simplement à reconnaître les maladies comme d’origine psychosomatique…ouf, il était temps, mais le parcours reste très long, n’attendons pas que la législation valide et acte !

Reprenons notre pleine responsabilité et prêtons attention à nos ressentis, à notre intérieur comme étant le seul à savoir! A être dans la justesse.

Permettons nous de rétablir l’équilibre dans nos émotions et sentiments, sans les juger, les comparer et encore moins en ayant le sentiment de devoir faire un choix entre elles.

Toutes nos émotions, aussi contradictoires qu’elles puissent être sont justes, acceptables ; elles ne demandent qu’à être reconnues, incarnées pour ce qu’elles sont et exprimées librement.

Exprimons nos émotions dans la justesse de nos ressentis, sans retenue, culpabilité, peurs ou jugements…car elles ne sont que l’expression de Qui Je Suis !

J’anime des ateliers ou vous accompagne individuellement, Contactez moi : Marie Laure au 06.61.23.26.89 E-mail : fernandesml@yahoo.fr www.asso-knowledge.com

0 vue

7 Rue François Gillet

69003 LYON

Mobile: 06.61.23.26.89

asso_knowledge@yahoo.com

© 2020 by knowledge

  • Icône sociale YouTube
  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page