Rechercher
  • Marie Laure

Dépasser ses peurs,

La première idée tendrait à penser qu’il s’agit d’annihiler ses peurs,

Alors, je tiens à vous dire que c’est peine perdue…. La peur est inhérente à notre statut humain, Il nous faut composer avec elle, en faire une alliée plutôt qu’un ennemi, Mais ce n’est pas simple…. La peur est notre instinct primaire, le vecteur de notre mise en sécurité, Ainsi, elle sera toujours présente et heureusement car sans elle, je pourrai sauter d’un pont en toute ignorance du danger, Cependant, quand mes peurs deviennent virales et bloquent mes actions, elles deviennent un handicap non négligeable, Alors, la vie me présentera autant de situations que nécessaire pour m’aider à les transcender en me confrontant à elles en permanence, et ce, jusqu’à ce que je comprenne l’illusion du danger qu’elles me font ressentir et que je fasse un autre choix que de la laisser m’envahir. Et comme dirait Horace Walpole : « Ce monde est une comédie pour ceux qui pensent, une tragédie pour ceux qui sentent » Ce qui, dès lors que je me sens affaibli, me laisserait penser que la vie s’acharne sur moi, en me plaçant de nouveaux défis, de nouveaux challenges, alors même que je ne souhaite rien d’autre que la paix et l’harmonie…. Me demanderait simplement de comprendre que ma peur est irréelle, une simple illusion de mon mental qui passe en revue ses déboires passés et projette ses craintes du futur…mes émotions naviguant dans ce flux de craintes et espoirs mêlés. Ok, quand je comprends cela, comment le retranscrire dans mon quotidien ? Comment ne pas se reprendre les pieds dans le tapis quand une de mes peurs se représente ? Pourquoi ? Et surtout, comment ne pas reproduire systématiquement les mêmes erreurs ? Erreurs qui, en passant, n’en sont pas, ce n’était qu’une réaction instinctive liée à mes conditionnements, et qui est, tout à fait normale, sinon, nous serions tous atteint de la maladie d’Urbach Wiethe ! (autrement dit, une absence totale de peur et une insensibilité sensorielle qui ne m’avertirait pas d’un danger…) Alors, reprenons depuis le début, - j’ai une peur que j’ai réussi à identifier avec le temps et dont je commence à reconnaître les effets dans mon quotidien, J’observe mes réactions et émotions dès que je me confronte à cette peur et les modes de protection que j’active automatiquement dans le même temps, - J’analyse mon expérience qui me renseigne, sur les conséquences de mes actions ou réactions passées face à cette situation (ou équivalent), et les projections « négatives » que je pourrais induire sur mes futures actions…lesquelles, soit dit en passant, se matérialiseront si je ne parviens pas à positiver et retrouver de l’optimisme. - Je me laisse traverser par les émotions qui viennent me bousculer, sans les juger. Je me mets à distance et j’observe la situation en imaginant qu’elles concernent quelqu’un d’autre, et je m’interroge sur les conseils et recommandations que j’apporterais à cette personne. Cette distanciation me permet de reprendre mes esprits et de retrouver mon sens de l’analyse qui me sera profitable pour poser des actions claires et concrètes….et surtout bénéfiques puisque détachées d’un affect plombant… Bref, prenons quelques exemples : - Quand je reconnais ma peur du rejet, je m’aperçois que systématiquement j’ai une réaction de fuite face à l’autre ou la situation, que mes émotions me disent que l’on ne m’aime pas, que je suis inutile, insignifiant et inexistant ; Réactions que j’aurais tendance à justifier en montrant à quel point je suis victime des événements qui me figent comme acculé au mur, sans issue, sans autre alternative qu’un repli pur et simple ou dans la soumission d’une situation inacceptable mais pour laquelle je pense ne pas avoir de choix. - Quand ma peur du manque me fait vivre des situations où je manque d’argent, d’amour, des situations où mon travail n’est qu’un substitut me permettant de survivre modestement tant mon manque de valorisation me donne l’impression que je suis indigne d’espérer plus (en clair, si je ne m’estime pas à une valeur supérieure au smic…je ne dépasserais jamais ce statut…et ce, malgré mes efforts), je plafonnerais moi-même ce à quoi je peux prétendre, Alors, mon action visera toujours la recherche de sécurité dans un mode de survie qui pourra me prémunir du pire mais en bloquant toutes initiatives que je verrais comme « hasardeuses » mais qui pourraient pourtant me sortir de ma situation et viser plus haut mais qui dans le même temps me donnerait l’illusion de me mettre en danger… Ainsi, à la moindre épreuve, j’aurais tendance à me replier sur moi-même, incapable de trouver des ressources en moi qui m’aideraient puisque, de mon point de vue, elles sont inexistantes ou inaccessibles. Ou, je pourrais finalement faire un choix inférieur à ce que je souhaite vraiment concrétiser, mais qui me semblerait plus sûr, plus prudent et sécurisant, Devant de tels tableaux, quelles sont les solutions ? Quelles perspectives devant ce qui m’apparaît comme une fatalité et un cercle vicieux me faisant vivre et revivre les mêmes turpitudes ? Agir différemment est la solution ! Poser une action, quelle qu’elle soit, une action qui ne me garantit pas immédiatement un succès mais viendra enrailler un mécanisme d’autodéfense et d'autosabotage que j’ai moi-même mis en place. Il me faudra peut-être différentes tentatives, différentes approches sur ma problématique mais, en aucun cas, je ne devrais agir selon mes anciens schémas. Reprenons nos exemples : - Ma peur du rejet m’enjoint à toujours prendre la fuite ! Ok, aujourd’hui, je choisis de ne plus fuir, Alors, je peux par exemple, solliciter le job que je convoite même si une autre personne est déjà pressentie pour ce poste. En effet, ma peur du rejet ferait que je me retire automatiquement sans même essayer de revendiquer ce poste. Je pourrais me dire : « La place est déjà prise …tans pis ! ou trop tard ! » Je peux dans mes relations sentimentales agir de manière désespérée dès lors que mes sentiments s’éveillent pour une personne car mon schéma me dit que mes sentiments ne seront de toute façon pas partagés..et ainsi me saboter me laissant le sentiment d’être une victime, exclue de la vie et qui n’aurait pas le droit à l’amour… La solution ? Dévoiler mes sentiments, prendre le risque de me mettre à nu, sans garantie, sans filet de sécurité et encore moins de certitude quant au résultat... Quitte à partir perdant, autant en avoir la confirmation le plus rapidement possible et qui sait….un autre résultat pourrait se profiler, Alors que si je me rétracte, je perds dans le même temps toutes mes « éventuelles » chances…. Bon, je vous l’accorde, on le sait….mais le risque, à ce stade nous semble peut-être trop grand….alors, on patiente, on espère et…..on souffre ! - Concernant la notion de manque, je peux vivre de manière répétitive des difficultés financières dont je dois me sortir par mes propres moyens, mes propres ressources intellectuelles et créatives car mon sentiment de manque me laisse le sentiment que je suis incapable de subvenir à mes besoins par mes propres moyens, Alors, je vais solliciter des crédits, des aides sociales, des aides familiales ou amicales et ne cesser de chercher perpétuellement des solutions venant de l’extérieur, Pour autant, la vie me demande uniquement de me faire confiance, de saisir toutes les ressources en moi et manifester toutes mes capacités concrètement…en me demandant de lâcher l’idée que je suis « bon à rien », inefficace ou insignifiant, et/ou que la moindre prise de risque est perdue d’avance, que le danger est trop intense et invalidant, Mon sentiment de manque peut me faire vivre au crochet d’une autre personne dans ma sphère affective et vivre les affres d’une dépendance affective, les manipulations d’un pervers narcissique, la soumission et l’abnégation totale de moi-même au détriment de mes intérêts, Dans ce cas, la vie me demande de retrouver l’estime de moi-même, de sélectionner mon entourage dans l’équilibre d’un partage équitable et juste, de reconnaître mes propres valeurs sans attendre la validation de l’extérieur qui en l’état ne fera que confirmer mes pires craintes. Mon action devra m’amener à préférer la solitude plutôt qu’être mal accompagné(e), transcender cette peur incommensurable de l'isolement, de l'exclusion, d'un manque d'amour à combler sous peine de se perdre définitivement me poussera à penser que je n’ai besoin de personne pour combler un manque quelconque, m'assurant que je suis entier(e) et suffisant(e) à moi-même, qu'il ne me manque rien.... De m’éloigner de ce qui n’est pas juste et équitable pour moi, de me débarrasser de ce qui est souffrant et contraignant, en reconnaissant que ce que je crois perdre dans l’instant est une bénédiction, un soulagement et une félicité que je me promets dès lors que j’agis dans cette direction, Dépasser nos peurs prends bien des apparences, bien des visages, d’autant que nos blessures passées sont multiples et qu’à chaque événement se conjuguent différentes peurs qui nous feront naviguer de droite et gauche dans la recherche de l’action la plus bénéfique pour nous mais Ô combien dominée par nos émotions …. C'est pourquoi, l’observation, une mise à distance ou une pause sera peut-être nécessaire, le temps de voir la situation dans son ensemble, Prenons garde de ne pas agir impulsivement car le cas échéant, nos actions seront automatiquement l’exact reflet de nos schémas passés, Alors, offrons-nous le temps d’introspection nécessaire, malgré l’urgence apparente de la situation, Ce temps nous garantit la prise de recul nécessaire à l’émergence de l’action juste pour nous, La stabilisation de nos émotions pour une action en accord avec nos désirs profonds, Et, bien entendu, de relativiser avec nos croyances même si nous avons encore du mal à distinguer ce qui relève d’un rêve concrétisable....d’une illusion, Et de dompter notre peur pour favoriser cette action, car nous pourrions savoir exactement ce qu’il faut faire mais nous retrouver malgré tout pétrifié et incapable de bouger en faveur de cette action salvatrice, N’oubliez jamais que la situation telle qu’elle se présentera ne semblera jamais adéquat, jamais facile ! jamais sûre….bien au contraire, Et, au fil du temps, elle nous sera présentée et représentée de manière de plus en plus complexe, agrémentée de tous les éléments qui représentent un obstacle pour nous, Nos peurs nous feront systématiquement vaciller en faveur de notre point faible, Par exemple : Je manque de confiance en moi, cependant, j’ai un projet que je souhaiterais concrétiser. Je reçois l’encouragement de 20 personnes mais une seule m’apporte un retour négatif sur mon projet. Alors et comme mon point faible est le manque de confiance, je pourrais donner plus de crédit au seul avis défavorable plutôt qu’à la multitude d’avis favorables m’incitant à la confiance en moi et en mon projet… Mon recours, si je prends le recul nécessaire, sera de constater qu’en posant des actes contraires à mes schémas et réactions habituels, je me garantis des résultats probants…. Résultats qui se peaufineront avec le temps, la patience, la persévérance et le courage que je mettrais dans ces nouvelles actions, Ces actions qui de prime abord, seront peut-être actés de manière désespérée, agissant comme à tâtons afin de voir où je mets les pieds, et seront aussi laborieux que ceux d’un nouveau-né, Mais, portés par la maturité, par les leçons de vie accumulés qui me permettront de singulièrement accélérer le processus de renaissance que je me suis offert grâce à ce(s) scénario(i) aux allures de catastrophe(s), Impulseront, quoi qu’il en soit, d’autres résultats que ceux vécus jusqu’alors, et l’émergence d’un nouveau Moi, dépouillé de mes anciennes peurs et favorisant ainsi des événements plus conformes à mes attentes et désirs…. Si j’ai le malheur de vous replier sur moi-même, y voyant toutes les afflictions possibles et imaginables, Je m’assure dans l’instant de faire durer cette agonie sur de nombreuses années, Années qui seront ombragées de nouveaux défis de même teneur ….toujours dans le même et unique but de modifier mon comportement, d'ajuster mes actions et réactions…..pour, enfin, dépasser mes satanées peurs…. Alors, J’ai tout intérêt à modifier mes actions même si elles ne m’assurent pas d’un résultat probant, assuré et/ou immédiat, elles n’en seront que profitables et révélatrices de mon Moi profond…pour le meilleur si je choisis de m’offrir cette chance car personne ne fera ce pas pour moi…. Marie Laure

0 vue

7 Rue François Gillet

69003 LYON

Mobile: 06.61.23.26.89

asso_knowledge@yahoo.com

© 2019 by knowledge

  • Icône sociale YouTube
  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page